• article de http://www.courrierinternational.com

    Cher pape, je ne te dis pas bienvenue

    A l'occasion de la visite au Liban de Benoît XVI, l'écrivaine Joumana Haddad, connue pour sa liberté de ton, pose au Saint-Père quelques questions dérangeantes.

    Cher pape,

    Je suis sûre que vous ne verrez pas d'inconvénient à ce que je vous parle de façon aussi simple puisque Jésus, votre modèle, dont vous êtes censé répandre les opinions et les paroles, était d'un homme d'une grande humilité.

    Je ne suis pas dupe de vos lunettes de soleil Gucci, de vos robes dorées, de vos tiares étincelantes et de votre style de vie luxueux : après, tout vous avez fait vœu de pauvreté et je sais que vous adoreriez vous promener avec les simples sandales et la modeste tunique que portait Jésus ; c'est juste que vous êtes "obligé" de porter tous ces trucs clinquants pour impressionner vos ennemis par votre richesse et votre pouvoir. L'argent intimide, pas vrai ? C'est la loi de la jungle moderne dans laquelle nous vivons.

    Bon, puisque vous allez bientôt vous rendre dans mon pays, le Liban[du 14 au 16 septembre], et puisqu'on part du principe que "tout le monde" vous attend "avec impatience", je me disais que vous pourriez répondre à ces quelques questions que nous nous posons :

    1. Savez-vous que le Vatican dépense 14 millions de dollars [10,83 millions d'euros] par an pour entretenir le palais dans lequel vous vivez alors que 16 000 enfants meurent de faim chaque jour dans le monde ?

    2. Savez-vous que la banque du Vatican est le principal actionnaire de Pietro Beretta, le plus grand fabriquant d'armes du monde, et qu'elle est soupçonnée de corruption, de fraude et de blanchiment d'argent ?

    3. Si votre Eglise est toujours prête à haïr et à exclure les homosexuels, pouvez-vous expliquer pourquoi vous ne mettez pas autant d'entrain à châtier les prêtres qui tripotent et violent des enfants ?

    4. Comment se fait-il qu'on ne vous ait pas entendu condamner l'Ougandais Joseph Kony, le chef de l'Armée de résistance du Seigneur, qui commet des atrocités au nom de la chrétienté ?

    5. Avez-vous entendu parler de l'Armée de Dieu, une organisation terroriste chrétienne opposée à l'avortement qui approuve l'usage de la force pour lutter contre l'avortement et qui est impliquée dans un grand nombre d'assassinats de personnes pratiquant des avortements aux Etats-Unis ?

    6. Etes-vous conscients que les hôpitaux, les universités et les écoles catholiques sont des entreprises rentables ? Essayez d'être en retard dans le paiement des frais de scolarité de votre enfant dans une école catholique et vous allez voir ce qui se passe.

    7. Savez-vous qu'en désapprouvant la contraception, vous imposez à des centaines de milliers de personnes le risque d'attraper le sida ? Je suppose que ce n'est pas très important pour vous. Ce qui importe, c'est la perpétuation du déni : il faut continuer à faire semblant de croire que chaque fois qu'un homme pénètre une femme, le Saint-Esprit plane au-dessus d'eux (ce qui ferait de Dieu un drôle de voyeur) et que les rapports sexuels sont une pratique "sacrée" qui a été inventée uniquement à des fins de procréation. Ô catholiques, contemplez votre usine à frustrations, le Vatican.

    8. Pouvez-vous nous donner une bonne raison pour persister à maintenir une Eglise patriarcale ? C'est parce que le pouvoir est pour la création initiale, pas pour celle qui est sortie de la "côte", je suppose. Ou alors c'est que les mitres dorées des évêques sont trop lourdes pour la tête des femmes ? Attention aux femmes qui approchent votre institution, dans un contexte œcuménique par exemple, pas question qu'elles obtiennent une véritable autorité ou influence en son sein.

    9. Croyez-le ou non, le Vatican a récemment chargé Sylvana Casoli, la parfumeuse des célébrités – elle a créé des fragrances pour Madonna et Sting, entre autres –, de créer une eau de Cologne pour vous ! La prochaine étape, c'est un duo avec Lady Gaga ?

    10. Avez-vous déjà vu le slogan : "Vendons le Vatican, nourrissons le monde" ? Je peux vous dire qu'il a pas mal de succès.

     

    Cher Pape,

    Laissez-moi aussi vous donner quelques éléments sur le pays dans lequel vous allez vous rendre. Vous serez heureux de savoir que les Libanais ne sont pas des "citoyens" mais une mosaïque de confessions. Qu'est-ce que vous seriez fier de nous ! En fait nous nous permettons encore de nous demander mutuellement : "Quelle est votre religion ?" Nous continuons à répandre le sectarisme, à mépriser "l'autre" et à pratiquer l'exclusion et la discrimination. Notre vie politique continue à être régie par les affiliations religieuses de nos dirigeants.


    Nous avons une loi de l'âge de la pierre qui permet d'emprisonner les homosexuels sans autre raison que leur vie sexuelle. Tenez, moi, par exemple. Je suis une femme libanaise mais suis-je une citoyenne libanaise ? Non, pas tant que c'est la religion qui m'a été assignée à la naissance (nous ne nous sommes pas choisis) qui régit ma situation, mes relations amoureuses, ma position et ma vie, du berceau à la tombe. Non, parce que j'ai été enregistrée à l'état civil comme catholique, que je me suis mariée pour la première fois à l'église et que j'ai eu des enfants dont le premier qualificatif a été "catholique."

    Dommage pour un pays qui prétend être une "république démocratique" mais dont la société civile n'est pas détachée de la domination de la loi religieuse.

    Que les bons patriotes libanais ne mentionnent pas tous les "équilibres délicats" qui doivent être pris en considération dans ce Liban multiconfessionnel. Ce n'est qu'un prétexte pour justifier le maintien du féodalisme, de la division et de l'immoralité. Il ne fait que permettre à la religion de monopoliser notre vie et de légitimer son influence politique, économique et sociale.

    Il faut que nous visions la société civile libre et laïque que nous méritons et que nous nous employions à l'atteindre, que nous nous détachions du lavage de cerveau monothéiste auquel nous sommes soumis. Ce n'est qu'à ce moment-là que nous pourrons commencer à parler de véritable changement positif au Liban et dans le monde arabe. Pas avant.

     

    Cher pape,

    Comme vous l'avez peut-être compris, on ne peut pas dire que "tout le monde" attend votre visite "avec impatience" au Liban. Oh que non !

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • article à voir sur ACRYMED http://www.youtube.com/watch?v=g9ViMEIVCaU

    Quand Jean-Claude Trichet, ex-Président de la BCE, « préside » un journaliste (avec vidéo)

    par Henri Maler, le 10 septembre 2012

    Le 1er novembre 2011, Mario Draghi a succédé à Jean-Claude Trichet à la tête de la BCE. Seulement voilà : Mario Draghi a été, de 2002 à 2005, vice-président de la branche européenne de la banque d’affaire américaine Goldman Sachs. D’après Marc Roche, journaliste et co-auteur du documentaire dont il est question plus loin, « l’une de ses missions est [alors] de vendre le produit financier "swap" permettant de dissimuler une partie de la dette souveraine, qui a permis de maquiller les comptes grecs » [1]. Qui peut douter qu’il y ait là un léger problème ?

    Or mardi soir 4 septembre 2012, sur Arte était diffusé un (très bon) documentaire : « Goldman Sachs : la banque qui dirige le monde ». Vers la 64e minute, on pouvait voir et entendre cet échange délicieux et édifiant :


    - Le journaliste : « Au sujet de Mario Draghi [président de la BCE], ses critiques montrent du doigt son passage chez Goldman Sachs, en disant “Il y a là des questions éthiques qui se posent”. »
    - Jean-Claude Trichet (ancien président de la BCE) : « Stop ! Je réfléchis… Je ne m’attendais pas à ce que vous me posiez la question. »
    - Le journaliste : « Prenez tout votre temps… »
    - Jean-Claude Trichet : « Je ne veux pas répondre donc vous ne me posez pas la question. On est bien d’accord ? Vous ne me posez pas la question. »
    - Le journaliste : « D’accord. »

    … Mais l’échange a été enregistré et diffusé. Bien vu, bien fait ! Voici une vidéo qui restitue le passage dans son contexte…

    * * *http://www.youtube.com/watch?v=g9ViMEIVCaU

    Henri Maler, grâce à la vigilance de Jacques-Olivier Teyssier et de « Montpellier journal », site alternatif (sur abonnement)

    Notes

    [1] Goldman Sachs, le trait d’union entre Mario Draghi, Mario Monti et Lucas Papademos [archive], Marc Roche, 14 novembre 2011. Cité par Wikipedia.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • << ...Ils sont sans émotions, ni morale. Leur seule ligne est le profit qu'ils tirent de la faiblesse de leur cible qui est constituée
    de leurs propres clients. Ce sont des êtres qui se considèrent au dessus des hommes et de leur gouvernements. Ils se disent même en secret être des dieux car ils peuvent tout et sans opposition. Ils ont même un curieux sentiment d'immortalité.>> 

     

     

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • lien source: article à voir sur http://www.challenges.fr/journaliste/72/challenges-fr.html

    Assignations en cascade pour 7 banques après le scandale du Libor

    Les Etats de New-York et du Connecticut enquêtent sur la manipulation du taux interbancaire de référence. Ils soupçonnent sept banques, dont JPMorgan et Barclays.

     

    La banque Barclays (c) Reuters

    La banque Barclays (c) Reuters
     

    Les Etats de New York et du Connecticut ont assigné sept banques à comparaître, dont JPMorgan Chase et Barclays, dans le cadre de leurs enquêtes sur les manipulations de taux d'intérêt entrant dans la composition du Libor, a indiqué mercredi 15 août à l'AFP une source proche du dossier.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire

  • article à lire et dossiers à suivre sur http://survie.org/francafrique/paradis-fiscaux-et-judiciaires/article/la-plateforme-paradis-fiscaux-et

     

    La Plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires auditionnée par la Commission d’enquête sur l’évasion fiscale du Sénat

    Mathilde Dupré est chargée de plaidoyer au CCFD-Terre Solidaire sur les questions de financement du développement et coordinatrice de la plateforme Paradis Fiscaux et Judiciaires (dont Survie fait partie).

    • Billets d’Afrique : Plusieurs représentants de la plateforme PFJ ont été auditionnés dans le cadre de la Commission d’enquête sur l’évasion fiscale du Sénat. Quelle est cette commission, comment a-t’elle été crée, comment fonctionne-t’elle ? Qui y a été convoqué ?

    Mathilde Dupré : La Commission a été mise en place à la demande de sénateurs communistes. Elle a démarré ses travaux début 2012 pour une durée d’environ 5 mois. Ses prérogatives lui permettent de convoquer des gens et de les obliger à répondre à un certain nombre de questions sous serment.

    Elle est présidée par un sénateur UMP, M. Dominati, et le rapporteur est un communiste, M . Bocquet. Ses objectifs sont d’évaluer le problème de l’évasion fiscale en France, de comprendre quels mécanismes permettent le pillage des recettes publiques pour la France et éventuellement de faire un certain nombre de recommandations pour les années à venir.

    Dès le démarrage, on voit un différence entre les élus de la majorité qui défendent le bilan du gouvernement sur ces questions depuis le début de la crise financière, qui disent qu’il faut simplement mieux appliquer les lois, et les élus communistes, qui eux font un bilan bien plus sévère et critique et qui pensent qu’il existe un certain nombre de pistes alternatives qui ont été assez peu regardées jusque là.


    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • lien http://arianeinternet.conseil-etat.fr

    si vous n'arrivez à tout lire, la fin c'est " Article 1er : La requête du GROUPE D'INFORMATION ET DE SOUTIEN DES IMMIGRÉS, de LA CIMADE et de la LIGUE DES DROITS DE L'HOMME est rejetée. 
     
    Article 2 : La présente décision sera notifiée au GROUPE D'INFORMATION ET DE SOUTIEN DES IMMIGRÉS, à LA CIMADE, à la LIGUE DES DROITS DE L'HOMME, au Premier ministre et au ministre de l'intérieur, de l'outre-mer, des collectivités territoriales et de l'immigration."
     
     

     


     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Les flics viennent la nuit faire la ronde autour des indignés...Pourquoi ont-ils  été envoyés? Les indignés sont des non violent...,ah mais oui, au niveau touristique la municipalité trouve que a fait "désordre"???

    http://occupyfrance.org/

     

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

    Je précise que je ne dénonce pas: je diffuse pour qu'on se connaisse mieux.

    Je n'appelle pas à la colère, ni au combat, mais à mille fois mieux: à la simple sagesse et je sais qu'une insurrection peut être pacifiste.

      Connaitre le processus exterieur qui crée tant d'injustice est intéressant mais si on en est arrivés là c'est qu'on a chacun en nous une part de rêve auquel on ne croit plus, c'est qu'on craint de prendre en main notre liberté, celle d'un argent propre et d'une entrerise vraiment libre et responsable, loin de la Loi et des compétitions de la guerre économique actuelle. Comme le chante si bien Abdel Malik, je ne dis pas: "c'est pas moi, c'est l'autre".

    Je vous le dis, il n'est plus tant de dire c'est pas nous, c'est eux....mais d'accepter de prendre en main notre liberté loin de la fuite en avant voulue par l'argent roi!

     

    Le MES est une institution internationale qui se verra garante de prêts pour maintenir l'Euro . Les fonds viendront des...états mais le versement se fera sous  conditions .

    Si vous lisez les pages ci-dessous vous comprendrez que c'est la commission européenne qui pourra choisir de le saisir ( contrairement à l'étiquette indépendante donnée à cette institution).

    Au final, c'est elle qui va dire aux français combien ils paieront d'impôts pour payer la dette  et finalement elle pourra exiger des gens de se défaire de tous leurs droits sociaux dont les contrats à durée indéterminée...et j'en passe.

    Bien sur ils feront sembant de discuter ...de faire des concessions pour nous manipuler davantage. Certains organismes neutres commencent à révéler leur stratagèmes très directs pour arriver à leur buts ( cf les discussions du CE).

     

    voici des citations , article à lire sur  http://www.jennar.fr/?p=2286,

    "Un véritable coup d’Etat se prépare le 21 février", pour vous mettre "l'eau en bouche", l'article suit!

     

    Analyses du MSE:

    • Il n’a donc aucun compte à rendre ni au Parlement européen, ni aux parlements nationaux, ni aux citoyens des Etats membres et ne peut en aucun cas faire l’objet de poursuites.

     

    • Par contre, doté de la personnalité juridique, le MES pourra ester* en justice. Locaux et archives du MES sont inviolables    *"Ester" est un archaïsme signifiant prendre l'initiative d' un procès.

     

    • Il est exempté de toute obligation imposée par la législation d’un Etat Membre.  Le MES, ses biens, fonds et avoirs jouissent de l’immunité de toute forme de procédure judiciaire.

     

     

    • Toutes les personnes exerçant une activité au sein du MES bénéficient de l’inviolabilité de leurs papiers et documents officiels et ne peuvent faire l’objet de poursuites en raison des actes accomplis dans l’exercice de leurs fonctions.

     

    • Les Etats Membres, par ce traité, s’engagent « de manière irrévocable et inconditionnelle » à fournir leur contribution au capital du MES. Ils s’engagent à verser les fonds demandés par le MES dans les 7 jours suivant la réception de la demande.

     

    • Le MES peut décider de revoir les contributions de chaque Etat membre. Cette décision s’imposera automatiquement.

     

     

    • C’est la Commission européenne qui sera mandatée pour imposer à l’Etat concerné les conditions d’une intervention du MES.

     

     Deux conclusions:

    • Le transfert, en toute illégalité, à des autorités européennes et internationales qui ne sont soumises à aucun contrôle démocratique de pouvoirs qui relèvent pas nature de la souveraineté populaire s’apparente à un véritable coup d’Etat.

     

     

    • Les gouvernants qui sont à la manoeuvre manifestent leur plus total mépris du respect des exigences démocratiques. Par des artifices de procédure, en interprétant abusivement des règles dont ils se moquent, ils se font les complices d’une entreprise de démantèlement de la démocratie et d’effacement d’un acquis fondamental dans l’histoire de l’humanité : la souveraineté du peuple.

     Fin de citation

    Mon commentaire: Bon vous aviez voté contre Maastricht ( le TM)?

    Ben ils s'en moquent va: les technocrates sont de valeureux soldats dévoués à la guerre économique,

    les peuples qui refusent de sacrifier leurs idéaux, leurs acquis, leur éthique, passent pour des déserteurs!

    Je ne leur jette pas la pierre à ces financiers: ils ne croient qu'en eux, qu'en leur vision et ils ont peur de l'homme, peur du peuple: ils n'ont pas encore compris qu'on est infiniment   doués pour vivre dans le partage, la dignité et pour choisir nos LOIS...contrairement à ceux qui veulent tout contrôler et dominer.

    Ils ont donc mis ces choses là en route afin qu'aucun président n'ait le pouvoir de décision face à ces lois. Je suis un peu désolée de voir que les députés socialistes n'ont pas voté contre, se sont abstenus. JLM a dit non dès le début et contrairement aux attaques il est socialiste mais pas stalinien ( suffit de le lire pour comprendre!!!)

    Alors il va falloir se serrer les coude et ne rien casser: leur montrer ce que sont des vraies réformes dans le respect des cultures, des peuples, de la planète et des êtres humains. Nous ne sommes pas des chiens enragés, ni des foules fanatisées.

    Edgard Morin, le sociologue évoquait cette crise imminente et la superbe opportunité qu'elle nous donnait.


    J'y vois celle de créer et de transformer sans fin, dans l'interculturalité plurielle, sans dogme et bien mieux que tout ce que nous osons espérer, avec l'accueil de toutes nos différences, de nos blessures, de nos erreurs et de nos errances, sans vanité mais sans aigreur, dans la simplicité d'un regard plus profond et plus vaste, conscient de ses contradictions, sans complaisance, amoureux du perfectible qui est notre cheminement.

    Nous savons que la démocratie mêlée à l'ignorance, à la frustration et à la pauvreté peut faire le lit des pires dictatures. Nous l'avons vu en 1929 en allemagne. Alors montrons nous dignes de nous même.

    Nous ne sommes ni des fanatiques , ni des pauvre bougres du "petit peuple", mais nous sommes des êtres doués de pensée et de raison qui savent écouter leur coeur.

     

     

     

     

     

     

     

     



    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  •  

     TRES CLAIR, SOMPTEUX pour comprendre ce qui se passe dans notre dos!

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • "En France, il n’existe aucun contrôle sur l’argent recyclé, qui est introduit dans le système bancaire. La seule tentative réelle d’affronter le phénomène criminel sur le plan international, et pas seulement comme s’agissant d’un problème qui ne concernerait que la police, remonte aux années 1980. "

    Article à lire dans: http://juralib.noblogs.org/


    [Union de la Mafia Présidentielle] Roberto Saviano : « Voilà ce qu’est la France, aujourd’hui : un carrefour, un lieu de négociations, de réinvestissement et d’alliances entre cartels criminels »

    Roberto Saviano : « Nicolas Sarkozy et la France semblent indifférents au problème de la Mafia »

    Dans Le combat continue (Robert Laffont), l’auteur du formidable Gomorra persiste et signe, dans sa volonté de « résister à la Mafia et à la corruption ». Sa préface s’interroge sur l’inattention de la France au problème. Extraits.

    (…)

    Un boss arrêté à Eurodisney

    Nous sommes en 2004, et don Vincenzo vit à Eurodisney, non loin du château de la Belle au Bois Dormant. Pendant la journée, il croise les personnages de Disney, Mickey et Minnie, se fait photographier à leur côté et envoie les photos en Italie, à Naples, à ses enfants. Peut-être ces derniers le rejoignent-ils parfois, mais l’enquête ne dispose d’aucun élément à ce sujet. Durant cette même période, des policiers français, sur les traces d’un groupe de Sénégalais qui recyclent des diamants en les échangeant contre de la cocaïne, sont alertés par la présence fréquente de ces trafiquants à Eurodisney.

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire
  • Comment la monnaie accroit les inégalités

    article à voir sur le site: http://www.tetedequenelle.fr/2011/12/monnaie-inegalites-richesses

     

    without_money

    On peut déblatérer encore longtemps sur la monnaie, essayer de comprendre le système de réserves fractionnaires, en démonter les fondements, expliquer très techniquement pourquoi ce système est une immense pyramide de Ponzi. Tout cela est passionnant, certes. Mais la simple observation des faits permet aussi d’arriver à l’éclatante conclusion que la monnaie telle que nous la connaissons aujourd’hui n’est pas une monnaie juste, car elle favorise irrémédiablement les riches.

     

    Pour cela, il suffit d’analyser le système sous l’angle d’une question simple Combien « coûte » l’argent  ?

    Pour les pauvres, l’argent coute cher

    Si vous êtes pauvres et occasionnellement à découvert, vous payez des frais bancaires et des agios punitifs. Vous voulez acheter une maison ? Votre banque vous proposera un prêt hypothécaire onéreux, « grâce » auquel vous achèterez votre maison le double du prix, en raison des intérêts payés à chaque échéance. Pour vous, l’argent est cher, vous en payez un loyer plus qu’il ne vous rapporte.

    Pour les riches, l’argent est gratuit… et rapporte !

    A contrario si vous êtes « riches », non seulement les frais bancaires que vous paierez représenteront proportionnellement une bagatelle, mais il sera facile d’aller l’investir, par exemple dans de la dette des États, qui vous offriront des rendements confortables et pseudo « sans risque » (jusqu’au moment où la pyramide de dette devient trop grosse, mais c’est une autre histoire…). Vous vous engraisserez ainsi lentement mais surement… et sur le dos du contribuable !

    De plus, vous obtiendrez des financements beaucoup plus aisément, puisque que vous pouvez montrer à la banque des garanties (propriétés, revenus) séduisantes pour la banque, qui en réduira d’autant votre prime de risque, c’est à dire la partie de l’intérêt lié au risque de défaut que la banque vous attribue (l’autre composante de l’intérêt étant le taux actuariel, c’est à dire le cout qu’implique le fait de ne pas disposer de son argent maintenant).

    Comment le système aggrave les inégalités

    Rien de nouveau, allez-vous me dire : « On ne prête qu’aux riches, c’est bien connu ».

    Et c’est bien ça le drame : on a le problème sous nos yeux, mais faute de comprendre que cet état de fait est dicté dans l’ADN du système monétaire, on s’en accommode. Il faut donc comprendre que le profond vice du système, c’est de multiplier les inégalités monétaires dans la société, simplement parce que le système du crédit bancaire le permet, en dehors de toute considération méritocratique.

    Ce système est en effet bien commode pour les riches et les banques (détenues… par les riches pardi !). Comme la banque n’a pas à s’inquiéter de savoir si elle dispose réellement de l’argent qu’elle vous prête (elle le crée par un jeu d’écriture comptable, et le crédite sur votre compte) il n’y a de la sorte quasiment aucune limite d’endettement au niveau de la population des « riches », leur permettant ainsi d’acquérir beaucoup plus de biens et services, mais surtout des titres de propriété dans l’économie (actions, immobilier etc.).

    L’exemple extrême pour illustrer le problème, c’est la pratique du Leverage Buy Out (LBO), qui permet à un investisseur de racheter une entreprise valorisée 100 avec seulement 51 d’apport. En effet,  le LBO consiste à créer une structure secondaire (une holding) que l’investisseur va massivement endetter auprès d’une banque, qui lui verse de l’argent qu’il n’a pas. Il profite ainsi un effet de levier lui permettant d’acquérir une entreprise qu’il n’avait a priori pas les moyens d’acheter. Bonus : les intérêts payés à la banque sont défiscalisés.

    Wanna make money ? That way !

    L’idéal étant bien sûr de procéder à cette technique lorsque les taux directeurs de la banques sont au plus bas (comme aujourd’hui) de manière à obtenir un crédit encore moins cher que d’habitude, et de racheter des entreprises dont le cours de bourse aurait été massacré par une crise financière (comme aujourd’hui), puis de les revendre lorsque le cours aura remonté…

    Ou encore mieux, il suffit de créer sa propre banque… enfin, à condition de rentrer dans les critères de la Banque de France, c’est à dire d’avoir quelques millions à investir, et une expérience préalable dans la banque… Ouf, le système est bien foutu quand même ! Non mais vous imaginez si les pauvres pouvaient créer leur banque ??? 

    Dans ces circonstances, faut-il s’étonner de la tendance structurelle des secteurs d’activité à se concentrer irrémédiablement jusqu’à l’oligopole ? De même, est-il surprenant que les grandes familles ainsi que les grandes entreprises créent leurs propre banque ?

    En définitive, la monnaie n’est intrinsèquement pas « neutre ». Au contraire, la monnaie par sa simple utilisation sous la forme actuelle, augmente les inégalités de richesses entre les citoyens, car l’argent est rare et onéreux pour les pauvres, mais abondant et peu cher pour les riches.

    Abolir la monnaie ?

    Face à cette analyse, je me heurte souvent à deux types de réactions extrêmes. Les premiers prétendent que la monnaie ne fait que refléter la réussite. Ils justifient ainsi que les riches puissent jouer des effets de leviers monétaire favorables car ils ont eu le mérite… de devenir riche. Circulez, il n’y a rien à voir.

    Cette analyse ne tient pas longtemps ne serait-ce que face au problème de l’héritage. Non, la richesse monétaire ne représente pas fidèlement le mérite de chacun. Les situations de chacun sont bien trop complexes pour pouvoir conclure cela. Certains s’échinent toute leur vie pour gagner des clous, d’autres deviennent rentier par chance et se la coulent douce. On peut certes invoquer que l’on ne peut pas régler tous les aléas de la vie, mais de là à justifier qu’il faille enfoncer les pauvres dans la pauvreté ?

    L’autre extrémisme vient plutôt de certains anarchistes, qui comprennent bien tous les problèmes évoqués précédemment, mais n’y voient qu’une seule solution : l’abolition de la monnaie. Cette approche est intéressante (notamment car elle prend en compte l’économie marchande) mais ne passe pas le crash-test du pragmatisme… et de la Liberté.

    Vivre sans monnaie dans le fin fond du Larzac, moi je veux bien (enfin, il faut quand même acheter son hectar de terrain… en euros ? lol), mais il va falloir m’expliquer comment un système de troc est réalisable à 60 millions d’habitants… Mais surtout, quand bien même vivre sans monnaie serait possible, on ne peut interdire aux gens d’échanger des bouts de papier entre eux… Donc sauf prise de pouvoir autoritaire et forte oppression, interdire la monnaie est une illusion.

    Je n’aime pas dire qu’il n’y a pas d’alternatives, mais pour le coup, la seule solution est dans la réforme du système monétaire. Et l’avantage pour le coup, c’est que tout n’est qu’une « simple » question de choix politique !

    Contrairement aux apparences pour le commun des mortels, la monnaie n’est pas forcément « rare ». La monnaie, en tant que protocole d’échange dans une communauté, en tant que moyen d’échange immatériel, peut parfaitement être détruite ou créée si la communauté en décide ainsi démocratiquement. Il est donc de notre ressort d’exiger que les règles monétaires respectent les principes démocratiques : Liberté Égalité Fraternité.

    En cela, le dividende universel est évidement la voie la plus juste et pertinente connue à ce jour… et donc celle qui a le moins de chance de voir le jour… Sauf si ?

    Addendum : Pierre, lecteur fidèle de TdQ me fait remarquer que l’on pourrait ajouter à cet article le fait que en s’endettant davantage que les autres, les riches font grossir leur poids dans la masse monétaire. Ce faisant, ils font subir aux autres participants de la monnaie une externalité négative : l’inflation.

    C’est une remarque pertinente. En effet, même si, de mon point de vue, la création monétaire par le crédit n’est pas nécessairement inflationniste (un bon investissement monétisé crée normalement de nouvelles richesses et n’est donc pas inflationniste), dans la réalité, il n’aura échappé à personne que la flambée des prix de l’immobilier, par exemple, est parfaitement corrélée avec le gonflement de la masse monétaire. De sorte que lorsque les crédits octroyés aux riches n’augmentent pas réellement la production, ils provoquent effectivement un inflation insupportable pour les classes moyennes et pauvres.


    Illustrations PaternitéPas d'utilisation commerciale Toban Black PaternitéPas d'utilisation commerciale theclyde PaternitéPas d'utilisation commerciale Roo Reynolds

     

    Lire la suite...

    Partager via Gmail Yahoo!

    votre commentaire